Guy FERRER (1955) est français de culture méditerranéenne, d’origines catalane par son père et italienne par sa mère.

Son travail d’artiste, essentiellement dédié à la peinture et la sculpture, explore aussi la poésie, la photographie et l’architecture avec la réalisation de plusieurs espaces « maisons-ateliers » gageant que « la géométrie maitrisée est source d’harmonie et de développement personnel ».

Guy Ferrer a installé ses ateliers en 2012 dans le sud de la France (Catalogne française) où il vit principalement.
Son travail est présenté à l’international par galeries et musées, et aussi dans le cadre de résidences de créations /expositions (Pérou, Venezuela, Chine, Kenya, Afrique du Sud…)

Son art, visuel à portée philosophique, s’ouvre sur les questions existentielles, la spiritualité et la place de l’Homme dans le temps en sont quelques caractéristiques.
. .
.
“Grand voyageur, Guy Ferrer puise dans ses nombreux séjours de travail à l’étranger la matière humaine qui anime son œuvre et lui insuffle son esprit.
Passionné par les spiritualités du monde, il nous offre avec puissance sa vision sensible et poétique de l’Homme, pris dans le Temps et face à sa destinée paradoxale : l’homme est, selon Ferrer, à la fois de lumière et de boue, et le chemin de la vie est initiatique »
Victoria Conti, SouthAfrica Press

“L’œuvre de Guy Ferrer reflète nos préoccupations métaphysiques et recherche la dimension symbolique de l’homme.”
Patricia Tardy, Thèse de maîtrise d’art contemporain, Université de Toulouse-Le Mirail

“Son inépuisable quête du sens de l’existence, sa conscience aiguë de la précarité du temps conduisent naturellement Guy Ferrer à peindre et sculpter le passage de l’homme, plutôt que sa représentation. Il nous offre ainsi des ombres, silhouettes effilées et dépouillées, ou bien des visages anonymes, évocateurs de l’éphémère nature humaine, passant dans un espace de mémoire, en espoir d’éternité…»
Gérard Xuriguerra, préface de catalogue d’exposition

L’engagement de toute une vie: vivre pour créer, dans la constance du renouvellement !
C’est bien ce que l’art représente pour moi: un engagement et un témoignage.
J’explore en solitaire autodidacte, car il n’y a pas vraiment un moyen de faire autrement. Je connais la lutte pour l’harmonie, la fatigue de chercher mais le bonheur de trouver, parfois, une réponse esthétique satisfaisante. Parfois mais toujours provisoirement… J’ai surtout ressenti, et avec quelle force, l’exigence du chemin où chaque œuvre à peine achevée vous commande sans répit de la faire suivre par une autre qui serait plus forte, où existeraient d’autres réponses pour peu que, disponible, on tende son cœur et ses sens afin d’entendre l’enseignement qui vous est apporté, d’ordre plastique ou sur la nature du monde.
Enseignement secret, parfois chuchoté depuis l’autre côté du visible, parfois arraché aux lois sacrées du silence pour se matérialiser.
Pratiquer, travailler est sûrement le meilleur moyen pour s’élever un peu, partager avec les autres, entendre un souffle de sens, colorer l’existence et balayer les vaines controverses sur la beauté et l’harmonie, forces éternelles.

Guy Ferrer, Bakou, Azerbaïdjan